Des courbes célestes! Pour un dos fort et en santé.

  • Des courbes célestes! Pour un dos fort et en santé.

    Extrait du livre Corps compris, corps épanoui. Une solution mésestimée contre la douleur chronique: la compréhension. En vente sur Amazon CanadaFrance et USA.

     

    La gravité terrestre nous tire vers le bas.

    Notre corps est en constante lutte pour s’en affranchir.

     

    Avec le temps, nous rapetissons!  L’espace intervertébral diminue, l’alignement idéal de notre colonne se détériore. Pincements des racines nerveuses, douleurs chroniques et autres désordres fonctionnels s’ensuivent si nous demeurons passif.

    Que faire?

    Premièrement, il vous faut repérer un point précis à l’arrière de votre crâne.

     

    C’est une petite dépression, que vous pouvez localiser du bout de l’index, à la jonction de l’arrière et du haut du crâne. Elle s’appelle la fontanelle postérieure.

    Elle s’appelle également la « porte du ciel ». Dans leurs croyances, les moines chinois qui avaient le crâne rasé à l’exception d’une couette de cheveux justement située au niveau de ladite fontanelle, pensait qu’au moment de la mort, ils étaient tirés vers le ciel par cette couette.

    Maintenant que vous avez repéré ce point précieux, vous allez saisir à votre tour une mèche de cheveux à cet endroit. Si jamais la région est dégarnie de cheveux pour certains messieurs, alors vous devrez recourir à votre imagination, et visualiser une corde ou une ficelle issue de ce point.

    Nous pouvons poursuivre assis sur le bord d’une chaise. Laissez-vous vous affaler, dos rond, épaules recourbées vers l’avant, menton probablement  pointé vers l’avant et nuque raccourcie. Ce n’est pas confortable, j’en conviens, mais je ne vous abandonnerez dans cette piètre position bien longtemps.

     

    Deuxièmement, grandissez!

    La mèche de cheveux en main, tirez-vous maintenant vers le ciel doucement, en demeurant le plus détendu possible; c’est important pour sentir votre corps émerger de son affalement.

    • Vous devriez d’abord sentir la nuque s’allonger.
    • S’ensuit les épaules qui s’éloignent des oreilles (surtout du côté qui ne tient pas la mèche de cheveux…).
    • La cage thoracique semble s’ouvrir et se repositionner au-dessus du bassin; vous respirez plus confortablement.
    • Finalement, le bassin basculé vers l’arrière, se redresse et roule vers l’avant; vous vous retrouvez assis sur vos ischions (os des fesses).

    Dans le livre, j’explique également comment vérifier l’alignement idéal de la colonne à l’aide d’un bâton.

    En mettant l’emphase sur l’auto-grandissement, vous luttez non seulement  contre le tassement de la colonne, mais vous mettez toutes les chances de votre côté pour vous approcher de l’alignement idéal.

     

    Évitez de rapetissez avec l’âge!

    Donc, le truc pour éviter de trop rapetisser avec l’âge est de diriger votre fontanelle postérieure vers le ciel, en gardant les épaules détendues (trapèzes relâchés).

    Bien sûr, ceci est valable uniquement si votre tronc est à la verticale. Si vous êtes penché, il faut alors imaginer vous étirer par la fontanelle postérieure dans le prolongement de la colonne.

    Posturalement vôtre!