Podomètre mon ami!

  • Podomètre mon ami!

    Podomètre mon ami!

    Voici la suite de l’article: Comment s’entraîner sans y penser?

    Rien de mieux pour garder la motivation que d’avoir un compagnon ou une compagne de marche. Quand l’un décline l’invitation, l’autre l’encourage.

    –        Allez, viens. J’ai des tas de choses à te raconter !

    Mon compagnon de marche.

    Pour ma part, j’ai trouvé un compagnon infaillible ! Du lever au coucher, nous sommes devenus inséparables !

    Il m’accompagne docilement et ne cesse de me motiver à aller de l’avant. À mettre un pied devant l’autre. Dès lors, je cumule les occasions de déambuler. Moi qui le considérais comme un simple gadget, je ne veux plus me séparer de mon podomètre.

    Avez-vous une idée du nombre de pas que vous exécutez quotidiennement ?

    Le podomètre est passé maître dans l’art de vous donner l’heure juste à ce sujet.
    Ce nombre est très révélateur de votre niveau d’activité quotidienne, qui se traduit ainsi :
    => 5000 ou moins : sédentaire
    => 5001-7499 : peu actif
    => 7500-9999 : modérément actif
    => 10 000 ou plus : actif

    Travaillant dans le monde de la mise en forme, donnant jusqu’à 15 cours par semaine, je me disais (dans un souci de protection articulaire) que la fin de semaine je devais me reposer. En ce sens, donner une pause bien méritée à mon corps, afin qu’il récupère et soit revigoré pour la nouvelle semaine. Ou, de reposer mes os avant qu’ils ne deviennent prématurément vieux à cause d’un surentraînement…

    En entamant un programme de marche, et en me dotant de mon nouvel ami, j’ai réalisé que pendant les journées où je ne donnais pas de cours, je cumulais autour de 4500 pas par jour. C’était vraiment un niveau de repos !

    Toutefois, j’étais irritée de constater que je ne me sentais pas du tout reposée…

    Au contraire, j’avais l’impression d’être fatiguée à essayer de me reposer. Allez comprendre.

    Marcher donne de l’énergie.

    J’ai alors changé mon fusil d’épaule et je me suis mise à marcher surtout pendant les journées où je n’animais aucune séance de mise en forme. Du coup, j’ai été stupéfaite de réaliser qu’en deçà de 7500-8000 pas quotidiens, je ne me sentais pas assez énergique.

    Marcher me donne de l’énergie. Néanmoins, il ne s’agit pas de marcher de n’importe quelle façon, vous vous en doutez bien. Une marche performante qui permet à tous mes rouages de fonctionner de façon optimale; je ne subis pas la marche, elle me porte.

    En marchant de manière fonctionnelle, je me sens mieux et cela me permet de maintenir ce sur quoi je travaille depuis des décennies : une belle posture doublée d’un ventre tonique.

    Les bienfaits de la marche ne sont plus à débattre. Toutefois, contre toute attente, nous pouvons aller au-delà de ce qui est déjà établi. Voilà le message que Joanna Hall[1] veut mondialiser, et que j’aimerais vous encourager à découvrir à mon tour.

    Petite expérience

    Et si vous déterminiez le nombre de pas que vous faites quotidiennement? Question d’évaluer votre niveau réel d’activité . Naturellement, le recours à l’utilisation d’un podomètre facilitera la tâche. Et pour obtenir des résultats probants, faites-le sur trois ou quatre journées pour en faire une moyenne. Vous serez peut-être surpris des résultats… N’hésitez pas à m’en faire part!

    Pour la suite de cet article clic

    Posturalement vôtre!


    [1] Livre de référence : Hall, Joanna, La marche active pour tous, Édition Marabout, 2014, 160 p.