Articulations douloureuses : l’effet goutte à goutte.

  • Articulations douloureuses : l’effet goutte à goutte.

    Articulations douloureuses : l’effet goutte à goutte.

    Ce mois-ci, je vais instiller en vous une goutte de connaissance qui pourrait générer des vagues de confort.

    Connaissez-vous le supplice de la goutte ?
    Et l’histoire de la goutte qui fait déborder le vase ?

    Les gestes quotidiens

    C’est un peu le même phénomène qui se produit avec les gestes quotidiens envers les articulations fragilisées. Les gestes quotidiens représentant les gouttes.

    Lors de séances privées, lorsque je fais réaliser à un client qu’il ne bouge pas adéquatement — comprenez à l’aide d’une biomécanique respectueuse pour ses articulations —, il n’est pas rare que ce dernier réplique :

    – Mais j’ai toujours bougé comme ça !
    Hmm, voilà qui ressemble au supplice de la goutte.
    –… et la douleur est apparue il n’y a que quelques semaines.
    Je crains que le vase n’ait justement débordé à ce moment.

    Articulations douloureuses?

    Il n’est pas toujours évident de repérer les gestes qui sont potentiellement dommageables pour les articulations (j’ai écrit tout un livre sur ce phénomène : Corps compris, corps épanoui).

    Lorsque nos articulations commencent à rechigner, cela signifie que le mal s’est instillé en vous. Bref, le vase est plein à ras bord et il n’en manque pas beaucoup pour qu’il déborde; autrement dit, pour que votre articulation ou votre membre ne soit plus fonctionnel. Dès lors, tendinite, capsulite, bursite, etc., menacent votre intégrité articulaire et peut même à terme la détériorer. C’est l’infâme arthrose !

    Que faire alors ?

    Peu importe le traitement choisi, il sera inutile, ou le soulagement qui en découlera sera provisoire, si vous ne changez pas vos habitudes gestuelles.

    Conséquemment, votre rééducation ne doit pas se limiter à renforcer ce qui est faible et à assouplir ce qui est raide. Certes, cela rééquilibrera les vecteurs force-mobilité entourant votre articulation. Mais pour limiter les probabilités de récidive de ladite « ite » ou freiner la dérive vers l’arthrose, il faut transposer cela dans les gestes quotidiens.

    Car d’un point de vue pragmatique, c’est bel et bien dans les gestes quotidiens que vous utilisez le plus fréquemment vos articulations.

    Et ne vous méprenez pas ! L’immobilité taxe également les articulations et les muscles.

    Demeurer assis des heures durant, épaules voûtées, nuque écrasée, devient aussi exigeant pour les épaules, le cou et le dos que de travailler à soulever des charges à bout de bras ou à l’aide d’une technique déficiente.

    Dans les deux cas, les muscles fournissent des efforts.

    Dans le soulèvement de charge, là, vous êtes plus enclin à admettre qu’il y ait du travail musculaire et que logiquement, il faut utiliser une bonne technique pour ne pas se blesser. Pourtant, dans l’immobilité les muscles luttent contre la gravité (lisez l’article sur le tonus versus la force) et vous empêchent de complètement vous affaler sur votre bureau.

    Mon plus grand plaisir est d’entendre les témoignages de participants qui relatent leurs exploits.

    En appliquant les enseignements que je leur ai prodigués, ils réussissent à exécuter leurs gestes quotidiens sans les inconforts qu’ils subissaient AVANT qu’ils ne commencent à participer à mes cours et ateliers. Les enseignements reçus vont bien au-delà d’une mise en forme.

    C’est la FlexyForme qui les accompagne dans TOUS leurs gestes quotidiens.

    Posturalement vôtre!

    Vous aimez? Partagez!