La flexibilité de vos ischiojambiers affecte-t-elle votre dos?

  • La flexibilité de vos ischiojambiers affecte-t-elle votre dos?

    La flexibilité de vos ischiojambiers affecte-t-elle votre dos?

    Ischiojambiers et dos : une affaire de longueur.

    La flexibilité de vos ischiojambiers influence votre aptitude à bien vous servir de vos os à s’asseoir (lisez l’article et visionnez le vidéo). En effet, la longueur des muscles à l’arrière de vos cuisses (les ischiojambiers) est déterminante pour vous permettre de vous appuyer correctement sur les ischions. Car, ces protubérances osseuses (les ischions) permettent de bien positionner le bassin d’où émerge la colonne.

    La flexibilité de vos ischiojambiers affecte votre dos plus que vous ne le croyiez.

    Quel est le rapport entre la flexibilité de vos ischiojambiers et les courbures de votre dos? Quelques notions d’anatomie s’imposent.

    Les ischiojambiers viennent s’attacher aux ischions. S’ils sont trop courts, ils tirent sur les os du bassin qui bascule vers l’arrière. La colonne devra alors jouer de contorsion pour maintenir sa verticalité; et non sans peine, mais bien au prix de modifier ses courbures. Par exemple, la région lombaire perd sa cambrure, au niveau thoracique le dos se voûte ou encore la nuque se creuse… Peu importe la combinaison des altérations de la colonne, elle ne sera pas bénéfique. Il en résultera inconfort, tensions musculaires et autres problématiques à plus ou moins long terme.

    En conséquence, s’assurer d’avoir assez de longueur musculaire entre l’arrière des genoux et les ischions devient impératif. Cela concourt à maintenir le bassin d’aplomb, en équilibre sur le sommet des ischions. La colonne y trouve de ce fait un socle solide pour s’ériger à la verticale avec un minimum de tension musculaire superflue.

    Comment évaluer la flexibilité de vos ischiojambiers?

    Voici un petit test pour évaluer la souplesse de vos ischiojambiers, afin de savoir s’il y a lieu de les rendre plus flexibles. Si vos ischiojambiers s’avèrent trop courts, ce test peut faire office d’exercice d’étirement.

    Il s’agit de s’asseoir au sol avec les jambes allongées devant vous et le dos appuyé au mur. Le corps se retrouve ainsi à un angle de 90°. Voici les critères à respecter :

    • Les genoux doivent être dépliés, les jambes droites.
    • Le bas du dos parfaitement appuyé au mur. Par contre, il peut y avoir un creux au niveau lombaire.
    • Si vos ischiojambiers ne manquent pas de longueur du tout, vous pourrez même plier les chevilles afin d’obtenir les pieds bien verticaux et les orteils pointant au plafond.

    Les deux premiers critères sont essentiels. Si vous ne les respectez pas, appliquez-vous à maintenir cette position de 15-30 secondes 2-3 fois et répétez 3-5 jours par semaine. Au début, vous pouvez maintenir l’étirement pour une jambe à la fois. Habituellement, il est plus pénible de le faire les deux jambes ensemble lorsque le manque de flexibilité est trop important.

    Conclusion

    Maintenir ou améliorer la souplesse de vos ischiojambiers aide :

    • à prévenir certaines tensions musculaires,
    • permet une meilleure posture assise,
    • participe à la santé de la colonne.

    Le vidéo qui suit vous montre comment évaluer la longueur de vos ischiojambiers et comment les assouplir le cas échéant.

    Posturalement vôtre!

    Vous aimez? Partagez!